Les
larrons

On peut trouver des larrons partout dans le monde, dans tous les endroits où les gens se rassemblent et où l'argent passe de main en main. Bien que la plupart des roublards ne soient motivés que par la possibilité d'amasser des richesses de la façon la moins fatigante possible, certains d'entre eux possèdent de nobles aspirations et utilisent leurs talents pour réparer les injustices ou contribuer à la réussite d'un groupe d'aventuriers.

Les larrons combinent quelques-unes des qualités des autres classes de personnage. Ils ont le droit d’utiliser un grand nombre d’objets magiques, d’armes et d’armures. Mais ils possèdent également certains talents qui n’appartiennent qu’à eux. Tous les roublards sont doués pour les langues, et ont donc une chance de réussir à déchiffrer les écritures étranges qu’ils peuvent rencontrer. Tous ont également l’habitude d’escalader en s’accrochant aux prises les plus minuscules, qu'il s'agisse d'une paroi naturelle ou d'un mur. Ils sont vifs et attentifs, capables d’entendre des choses que la plupart des gens ne remarqueraient pas. Enfin, ils sont très habiles de leurs doigts, et peuvent exécuter des tours de passe-passe ou dérober de petits objets.

Il existe mille et une sortes de voleurs, prêts à profiter des richesses du royaume. Ils constituent en quelque sorte la quintessence même de la roublardise. Pour accomplir ses objectifs, bons ou mauvais, le voleur doit faire preuve de talent en matière d'escamotage, d'astuce, de dextérité et de furtivité.

Un voleur peut être amené à commettre un meurtre pour de l'argent ou pour des raisons politiques. Certains se spécialisent d'ailleurs dans cette activité très lucrative mais seuls les assassins de la Confrérie Ecarlate sont répertoriés comme une classe distincte avec des talents spécifiques.

Bien qu’étant lui aussi un roublard, le barde ne ressemble guère au voleur. Toute sa force réside en son charme et son astuce, grâce auxquels il se fraye un chemin dans le monde. C’est un musicien talentueux et une réserve ambulante de rumeurs, contes et légendes. Il apprend un peu de toutes les choses qu’il rencontre en chemin ; c’est un touche-à-tout qui ne maîtrise rien à fond. Bien que la plupart des bardes soient des vauriens, ils sont les bienvenus partout parce qu’ils ont toujours une foule de chansons à chanter et d’histoires à conter.